Protection des ressources

La reconquête de la qualité de l’eau à la source

Le Grenelle Environnement et les SDAGE renforcent l’obligation pour les collectivités de prendre des mesures pour stopper la dégradation et reconquérir la qualité de l’eau de leurs captages. La mobilisation sur cet enjeu est nationale car il s’agit de garantir la qualité de l’eau de consommation et de préserver nos ressources en eau à long terme.

Les enjeux

  • Fournir aux habitants une eau potable de qualité à des coûts maîtrisés
  • Réduire les investissements coûteux pour les traitements d’eau
  • Gérer durablement les ressources disponibles
  • Préserver les milieux aquatiques et les espèces (faune et flore) qui y vivent

Les réponses

  • Diminuer la pollution à la source
  • Réduire l’utilisation des pesticides et limiter l’apport d’engrais
  • Intercepter les pesticides et engrais avant qu’ils ne se retrouvent dans l’eau
  • Éviter les sols nus après récoltes pour piéger les nitrates et limiter l’érosion
  • Créer des haies, talus et bandes enherbées le long des cours d’eau
  • Adopter des pratiques culturales non polluantes.
  • Installer des périmètres de protection des captages

La sécurisation des captages au Soiron

La mise en place de périmètres de protection autour des captages constitue l’un des outils pour protéger les ressources en eau.

En effet, les périmètres de protection visent à assurer la protection sanitaire de l’eau destinée aux consommateurs en protégeant les points de captage principalement contre les sources de pollutions ponctuelles et accidentelles pouvant survenir dans leur proche environnement. A ce titre, ils apparaissent comme l’outil réglementaire de base face aux risques de contaminations. Ils sont définis après une étude hydrogéologique et des prescriptions, rendues opposables par une déclaration d’utilité publique, interdisent ou réglementent les activités qui pourraient nuire à la qualité des eaux captées.

Le Périmètre de protection immédiate

Il représente une surface souvent assez limitée, il comprend l’ouvrage, la zone de captage et quelques mètres carrés supplémentaires en sécurité. Il est acquis en pleine propriété par la collectivité distributrice et clôturé efficacement de manière à en interdire l’accès tant aux personnes qu’aux animaux. Il a pour but de lutter contre la malveillance et/ou l’introduction directe de substances polluantes dans l’eau. Toutes les activités en dehors de celles nécessaires à l’exploitation du captage et à son entretien y sont interdites

Le Périmètre de protection rapprochée

Il est défini en fonction des caractéristiques de l’aquifère (géologie, hydrogéologie), de la vulnérabilité de la nappe et du débit maximal d’exploitation de la ressource. Il doit protéger efficacement la ressource en eau de la migration des substances polluantes. Les activités, installations et dépôts susceptibles d’entraîner une pollution de nature à rendre l’eau impropre à la consommation humaine sont interdits. Les autres types d’activités peuvent faire l’objet de prescription et sont soumis à surveillance.

Le Périmètre de protection éloignée

Il prolonge le périmètre de protection rapprochée. Il prévoit des réglementations sur les activités dans ce dernier. Il ne présente pas de caractère obligatoire. Dans certains cas de moindre vulnérabilité, il n’est pas institué.